L’utilisation des textes sans mentionner leur provenance est interdite
   www.de-vrouwe.info 

quant à la reproduction d’image, elle requiert une autorisation écrite.

Ici, vous accédez à la page du site officiel de la fondation Vrouwe van alle Volkeren.


Imprimer Email
archives de l'action mondiale


gt09_zeugnisse_schwestern



Témoignages DE L’ACTION MONDIALE
POUR LA DAME DE TOUS LES PEUPLES - 2009

Commençons par la guérison d'un malade à qui la Sainte Vierge a donné dix ans de vie :

Guérison de Georg Mitterer

L’an dernier, Georg Mitterer du village de Warth, à 10 km de Munich, a envoyé une lettre à la Chapelle d’Amsterdam, remerciant la Dame de tous les Peuples de lui avoir obtenu sa guérison il y a 10 ans. Il aurait certainement témoigné en personne aujourd’hui si le Seigneur ne l’avait pas rappelé à lui cet automne.

gt09_zeugnisse_mittererGeorg Mitterer était hémophile de naissance (atteint du syndrome d'Hillebrandt). En mars 1998, à l’âge de 74 ans, il subit une opération de la vessie. Comme on ne réussissait pas à arrêter les hémorragies, il dut recevoir 35 transfusions sanguines pendant les semaines qui suivirent l’intervention. Les hémorragies cessèrent enfin mais le prof. Hiller dut lui annoncer que suite au long traitement anticoagulant, la coagulation naturelle de son corps était complètement détruite. Il était donc hors de question pour lui de quitter l’hôpital car il n'était maintenu en vie que grâce à l’administration d’anticoagulants.
Il était à la clinique depuis trois mois quand, le 23 juin, il sortit faire une promenade à l’entrée de l’hôpital dans l’intention de s’entretenir un moment avec les chauffeurs de taxis qui s’y trouvaient.
L’an dernier (en 2008), il nous a écrit : « Je n’avais pas encore trouvé d'interlocuteur, quand à l’improviste une dame inconnue, de bel aspect, vint à ma rencontre en me souhaitant bonsoir. Je lui ai répondu courtoisement. Par mes vêtements je ressemblais plus à un visiteur quelconque qu’à un patient mais la dame m'a dit : « Vous êtes ici en tant que patient et vous n’allez pas bien. » Je lui ai répondu que oui. Elle a alors sorti un papier de son sac en bandoulière. Je me suis exclamé : « Oh, vous êtes un témoin de Jéhovah ! » Très gentiment la dame m'a répondu : « Non je ne suis pas un témoin de Jéhovah ! Veuillez accepter cette image, elle vous sera de grande aide. » Et elle a ajouté : « Je vous souhaite tout le bonheur possible et une bonne soirée ! » Après quoi, elle s'est dirigée d’un bon pas vers le métro. »
Georg Mitterer retourna alors dans sa chambre, où il observa avec attention l’image. Comme on a pu le constater par la suite, c’était une image de la Dame de tous les Peuples.
Dans son témoignage il écrit : « C’était une belle image de la Sainte Vierge. Naturellement, je lus attentivement tout le texte et je la mis dans mon portefeuille, où je la garde encore aujourd’hui. »
Ses conditions de santé s’améliorèrent si rapidement que déjà le soir suivant l’infirmière lui donna l’incroyable nouvelle : « Monsieur Mitterer, tenez-vous bien : vous êtes guéri ! » Dans sa lettre, Georg Mitterer nous écrit : « Cette joyeuse nouvelle arriva après 4 mois de rapports médicaux négatifs. Mon soulagement était tel que je commençai à pleurer sans pouvoir m’arrêter. »
Quelques jours plus tard, quand il put quitter la clinique, la plupart des médecins passèrent le saluer. Quand il demanda au médecin en chef comment il expliquait sa guérison soudaine, celui-ci lui répondit : « Monsieur Mitterer, nous ne savons pas, nous n’avons aucune idée de comment cela a pu être possible. Portez-vous bien ! ».
Pendant 10 ans de suite en effet, Monsieur Mitterer a toujours été en bonne santé, et il ne cessait d'en remercier avec gratitude la Dame de tous les Peuples. Il allait si bien que malgré son âge (il avait plus de 80 ans) il aidait quotidiennement sa fille à la direction de son entreprise. Il a également pu fêter ses noces de diamant avec sa femme. Sa petite-fille, Sabine Süss, nous a confirmé que son grand-père a gardé l’image de la Dame de tous les Peuples dans son portefeuille jusqu’au jour de sa mort. Sabine Süss aurait voulu participer à cette Journée de Prière et rendre hommage à la Dame de tous les Peuples pour son grand-père, mais elle a eu un empêchement bien motivé : elle s’est mariée hier !



Quelques exemples pour la diffusion de la prière

Chacun a sa façon d’œuvrer pour la diffusion de la prière de la Dame de tous les Peuples. Pour ceux qui ont l’intention de participer à sa distribution, le plus important est bien sûr de garder les images à portée de main, de façon à pouvoir les offrir promptement chaque fois qu’on en a l’occasion.

Personne n’a jamais refusé l’image

En rendant visite à une personne de notre connaissance à l’hôpital d'Alkmaar, au nord de la Hollande, nous avons vu une carte postale de la Dame de tous les Peuples sur sa table de chevet. Tout content, le malade nous a raconté que des infirmiers et infirmières, et même certains visiteurs lui avaient posé des questions sur cette image de la Sainte Vierge, ce qui lui avait permis de leur en offrir un exemplaire. Tout le monde avait accepté l’image.

L’image dans les paroisses des Philippines

Avec son mari Tony, Chona Montinola a organisé en 2001 à Manille une très belle Journée de Prière en l’honneur de la Dame de tous les Peuples, à laquelle ont participé plusieurs cardinaux et évêques. Durant la Sainte Messe, elle a aussi porté l’image de la Dame de tous les Peuples à l’autel pendant la présentation des offrandes.
Au début du mois de mai elle nous a écrit : « Il y a quelque temps, nous avons rédigé une liste des paroisses de Manille et des quartiers périphériques, pour noter les jours où elles fêtent leur Saint patron. Rien que dans la zone de Makati e Pasig, où nous habitons, il y a 115 paroisses. Vu que d’habitude, beaucoup assistent à la Messe le jour du Saint patron paroissial, notre idée était de saisir ces occasions spéciales de grande affluence pour distribuer l’image à tous les paroissiens tout en leur expliquant simplement que la Sainte Vierge désirait que nous récitions chaque jour cette prière. Le 31 mai, nous avons l’intention avec nos amis de commencer à faire cette distribution aussi dans les autres provinces. »
Naturellement, cela ne peut se faire qu'avec l'accord du curé de chaque paroisse.

« Travaillez à l’aide des moyens modernes ! »

Emiliano Paoletti, jeune père de famille de la région de Rimini, diffuse l’image et la prière surtout à l’aide des moyens technologiques actuels. Il utilise internet pour rappeler aux gens l’importance de la prière d’Amsterdam et pour envoyer les images de prière à ceux qui sont intéressés.
Il y a à peu près un mois, nous lui avons envoyé par erreur deux milles images au lieu de mille. Quelques jours après les avoir reçues, Emiliano nous a écrit que la Divine Providence avait sûrement voulu cette erreur car peu de jour après la réception, il avait déjà distribué 1300 exemplaires !

L’image de prière au Dimanche des Rameaux et pour la Fête des Mères au Chili

En avril dernier, P. Cornelio Fouchier, missionnaire hollandais qui œuvre depuis presque un demi-siècle au Chili, a mis en acte une idée originale. Peu après Pâques il nous a écrit : « Cette année pour le Dimanche des Rameaux, nous avons attaché les images de prière aux palmes et les avons distribuées aux enfants de la paroisse, afin qu’elles parviennent à toutes les familles. En outre, le Légion de Marie du Chili a décidé de faire imprimer l’image afin de la distribuer.»

Dans une autre paroisse, pour la Fête des Mères, on a fait distribuer à toutes les mères présentes une image de la Mère de toutes les mères, la Mère de tous les Peuples. L’image a été reçue avec joie par plusieurs centaines de mamans.


Le désir d’avoir un enfant a été exaucé

Avec gratitude pour Max Uriel…

Beaucoup de couples mariés souffrent de ne pas avoir d'enfant. Mais la Dame de tous les Peuples nous écoute particulièrement si nous l’invoquons pour avoir un enfant, comme ont pu en faire l’expérience Ursula Yanguez-Feiss (d’origine suisse) et son mari, un couple du Panama.

gt09_zeugnisse_maxAu début du mois de mai, Ursula a écrit à la Chapelle d’Amsterdam : « Nous sommes très reconnaissants envers la Sainte Vierge pour notre fils Max Uriel. Pendant cinq ans nous avons essayé d’avoir un enfant, en nous soumettant même à des contrôles médicaux, mais sans succès. A Pâques 2007, nous avons mis notre dernier espoir dans un pèlerinage à Amsterdam. Peu après notre retour au Panama, nous nous sommes aperçus que Max était en route !…Max est vraiment un rayon de soleil. Parfois j’ai l’impression qu'il rend heureux, au moins pour un instant, tous ceux qu’il rencontre : Il cherche toujours à attirer le regard des autres et il rit jusqu’à ce que sa joie soit partagée! Nous vous souhaitons à tous une très bonne Journée de Prière et nous remercions la Dame de tous les Peuples pour son intercession auprès de Dieu. »

…et pour un enfant en bonne santé

Le 9 mai, avant la Sainte Messe dans la Chapelle d’Amsterdam, un homme me tendit une bougie en me disant : « Je désire l’offrir à la Dame de tous les Peuples comme signe de gratitude. » Après la Sainte Messe, Petr Sladecek -c’était son nom- m’expliqua avec un visage rayonnant la raison de son pèlerinage à Amsterdam depuis la Tchéquie. Je lui ai alors demandé de m’envoyer son récit avec quelques photos pour pouvoir partager sa joie avec d’autres. Voilà ce qu’il a écrit :
« Ma femme était enceinte de notre troisième enfant quand, au troisième mois de grossesse, elle alla faire un contrôle de routine. Nous étions sûrs que tout allait bien, comme cela avait été le cas pour nos deux autres enfants, Jakub et Tomas. Mais un mois après le contrôle, nous reçûmes une lettre recommandée, qui nous informait que notre fils serait probablement mongolien.

gt09_zeugnisse_matousLe médecin nous conseillait de faire un nouveau contrôle ou un avortement. Vu que nous voulions accueillir l’enfant dans tous les cas, qu'il ait ou non le syndrome de Down, nous avons décidé de ne pas faire d’autres examens.
Pendant deux jours je ne pus me résigner au fait que notre enfant puisse naître trisomique. À la troisième nuit d’insomnie -pendant que tout le monde dormait- je fis cette prière à la Sainte Vierge : « Marie, tu sais que je t’aime, tu sais que mes enfants t’appartiennent. Je t’en prie, accueille aussi cet enfant et si possible, fais qu’il naisse sain. Je te promets que s’il naît en bonne santé, je ferai un pèlerinage à Amsterdam pour allumer une bougie en ton honneur ». À partir de ce jour-là, j’ai commencé à réciter chaque jour la prière de la Dame de tous les Peuples, et je continue à le faire aujourd’hui encore. J’ai aussi demandé à tous mes amis de se joindre à ma prière pour l’enfant.
Le 2 janvier est né le petit Matous, en parfaite bonne santé. Il est aussi particulièrement sage, il dort presque toute la nuit et il sourit tout le temps ! »

Une petite Chapelle en l’honneur de la Dame de tous les Peuples

Il arrive de plus en plus souvent que l’on fasse ériger de petites chapelles en l’honneur de la Dame de tous les Peuples. Récemment, c’est arrivé aussi près de Ratisbonne (Regensburg), en Bavière, lieu de naissance de Sœur Judith de notre Communauté. Le 20 décembre de l’an dernier, elle a fait sa promesse solennelle comme missionnaire apostolique avec 4 de ses consœurs, lors d’une cérémonie présidée par le cardinal Meisner.
Laissons-lui la parole :

« Tout a commencé lorsque j’ai demandé à mes deux frères s’ils voulaient bien réciter la prière de la Dame de tous les Peuples chaque jour à la maison, en préparation à ma prise d'habit. Ils étaient d’accord, et mon frère Josef suggéra même que d’autres personnes aussi prient à cette intention.
À cette époque, on parlait d’abattre un sapin qui se trouvait dans les parages de la ferme et sur lequel nous avions l’habitude de grimper quand nous étions petits. Mes frères eurent l’idée d’en faire une petite chapelle. Aussitôt dit, aussitôt fait : une amie de maman, enseignante de dessin technique, fit le projet ; mes frères rabotèrent le tronc et l’emmenèrent à la scierie, où un ami menuisier s’occupa de la préparation de la planche de bois. On fit de solides fondations en ciment qui furent ensuite embellies par un carreleur ; un autre ami forgeur fit un petit toit en cuivre.

gt09_zeugnisse_bildstockQuand les travaux furent terminés, ce fut une grande joie pour tous ces volontaires de voir le résultat final de leurs efforts. A ma plus grande joie, le jour de ma promesse solennelle, j’ai reçu en cadeau la petite chapelle avec l’image et la prière de la Dame de tous les Peuples.
Depuis, le curé de notre paroisse a procédé à la bénédiction de la chapelle et en mai, une procession paroissiale y a fait étape pour une prière.
Ma mère a constaté que même en hiver, au petit matin, après qu'il ait neigé, on voit des traces de pas qui conduisent à la petite chapelle. Deux hommes de notre paroisse qui travaillent dans les parages, s’arrêtent souvent pour un bref instant de prière à la chapelle. Les gens prennent volontiers des images de la Dame de tous les Peuples mises à leur disposition dans une boîte. On nous a dit qu’une femme âgée a reçu avec joie l’image qui lui a été donnée par un voisin à l'occasion d’une promenade.
Je suis infiniment reconnaissante pour ce don si particulier, qui peut se transformer en cadeau pour les autres aussi. On peut y trouver consolation et force, et la paix promise par la Dame de tous les Peuples ». 


« Elle m’a vraiment regardée ! » Un appel à l’engagement advenu à Panama

 gt09_zeugnisse_panama


Il y a quatre jours, le 27 mai 2009, quatre personnes du Panama sont arrivées à la Chapelle de la Dame de tous les Peuples. C'était la dernière étape de leur pèlerinage en Europe, avant leur retour chez eux. L’une d’elles, Marlene Moreno De Tovar -troisième à gauche sur la photo avec le poncho beige- nous a dit:
« Nous avons commencé notre pèlerinage au Mexique, chez Notre Dame de Guadeloupe, et nous le finissons à Amsterdam, chez la Dame de tous les Peuples. A vrai dire, ce n’était pas prévu au début mais du Mexique, nous ne pouvions réserver un vol pour Rome et rentrer au Panama qu'en faisant escale à Amsterdam. À Guadeloupe, alors que je priais devant l’image miraculeuse, j’ai regardé la Vierge dans ses yeux semi clos et je l’ai invoquée : « Je t’en prie, regarde-moi ! ». Et ce soir-là, tandis que j’étais en prière devant l’image de la Dame de tous le Peuples, elle m’a vraiment regardée ! Dans son regard j’ai ressenti un appel et quand j’ai entendu parler des messages, j’ai compris que dès mon retour à Panama, il faudrait que je m’occupe de faire imprimer l’image. »


Une femme qui soutient avec ardeur la diffusion de l'image pèlerine
de la Dame de tous les Peuples

Annie Broekhoven du village de Stein, tout au sud des Pays Bas, organise avec beaucoup de zèle le passage de famille en famille du cadre de la Dame de tous les Peuples. Elle l'a ainsi confiée à plus de 60 familles, au cours des 16 derniers mois. Voilà ce qu’elle nous raconte :

gt09_zeugnisse_pilgerbildLa transmission de l’image pèlerine d’une famille à l'autre est toujours un moment de fête pour moi. Pendant le voyage en voiture, je ressens une atmosphère de grâce et je suis heureuse quand le trajet d'une famille à l'autre est plus long que prévu. En route, je prie, je chante, et je m’adresse personnellement à la Vierge, tout en lui confiant les intentions des personnes à qui je porte l’image pèlerine.
Une fois arrivée, nous cherchons dans la salle de séjour, avec la famille d’accueil, le meilleur endroit où placer le cadre, et après y avoir posé des fleurs et allumé des bougies, nous prions le rosaire ensemble.
Je ne manque jamais de recommander la prière en famille, puisque -comme je tiens à le souligner- ils hébergent la Sainte Vierge, à laquelle ils peuvent confier toutes leurs préoccupations et tous leurs problèmes, sûrs qu’elle leur donnera réconfort et paix. »

Le retour des enfants tant attendu

Madame Broekhoven continue son récit : « Une veuve, à laquelle j’avais confié l’image pèlerine, souffrait beaucoup de ne plus avoir de contact avec trois de ses 5 enfants depuis déjà plusieurs années. Ils avaient en effet coupé le contact avec elle suite à une querelle de famille où elle n’avait pas pris leur défense. Juste dans la période où elle « hébergeait » l'image pèlerine, deux d'entre eux retournèrent à l'improviste à la maison. La mère en fut très heureuse ! »

Le parachutiste mort pendant la deuxième guerre mondiale

Cet épisode démontre comme la Sainte Vierge s’occupe parfois de faits apparemment sans importance : depuis plusieurs années, une femme de Margraten, village au sud des Pays Bas où se trouve un cimetière de soldats américains tombés pendant la deuxième guerre mondiale, entretient bénévolement la tombe d’un soldat.

« Elle avait toujours désiré savoir quelque chose sur ce jeune soldat, dont elle ne connaissait que le nom : Roy Kirckpatrick. Elle avait même fait quelques recherches mais sans succès.
Je l’ai alors encouragée à se confier à la Dame de tous les Peuples. Juste dans la période où l’image pèlerine était chez elle, elle reçut un appel du Ministère de guerre des Pays Bas. Une femme américaine, ayant su que les gens du lieu s’occupaient encore et toujours des tombes des soldats alliés, l’avait contacté pour savoir qui se consacrait à l’entretien de la tombe de Roy Kirckpatrick ! Ce ne fut certainement pas un hasard. La dame qui accueillait l'image pèlerine non seulement reçut une photo du jeune soldat de 20 ans, originaire de Barrington (dans l'état de Washington), mais de plus elle entra en relation avec la famille, à laquelle elle envoya plusieurs photos de la tombe. Elle remercia la Dame de tous les Peuples pour sa « médiation » manifeste.

Nous aurions encore beaucoup à raconter, même si dans la plus part des cas ce sont surtout des petits exemples de grâces reçues, de joies et d’exaucements de vœux. Ce qui ne cesse de me surprendre, c’est de constater que tous ceux qui accueillent l’image pèlerine ressentent la présence de la Sainte Vierge, à travers surtout l’amour et la paix. Grâce à la prière de la Dame de tous les Peuples, ils trouvent la tranquillité en cette période si frénétique. »

Trente-cinq images pèlerines pour les familles d'une paroisse d’Amsterdam

Sylvia Hetarihon a depuis près d’un an une image pèlerine. Elle est catéchiste dans la paroisse de langue anglaise d’Amsterdam, Blessed Trinity Church, fréquentée par des fidèles d’à peu près 40 nationalités différentes. C’est ainsi que l'image pèlerine a pu être confiée à des personnes provenant du Burundi, de la Côte d’Ivoire, d’Érythrée, du Ghana, d’Irlande, d’Indonésie, de Jamaïque, du Cameroun et du Nigéria. Chaque fois, Sylvia constate que les familles qui accueillent l'image pèlerine ne veulent plus s’en séparer. Certaines familles sont si enthousiastes du poster de la Dame de tous les Peuples qu’elles en demandent deux exemplaires, de façon à en garder un. À la fin, Sylvia a donc décidé de se procurer trente-cinq images pèlerines et posters de la Dame de tous les Peuples pour pouvoir les passer au fur et à mesure à d'autres familles.
Une des images pèlerines est maintenant exposée dans la chapelle latérale de la Blessed Trinity Church. Les fidèles s’y rendent volontiers pour allumer un cierge et confier leurs intentions à la Dame de tous les Peuples.


Un groupe de catéchèse de Volendam aux Pays Bas s’occupe d’une image pèlerine

Le 22 octobre 2008, vingt-cinq enfants de 8 à 9 ans, de Volendam, le fameux village de pécheurs, sont allés en pèlerinage chez la Dame de tous les Peuples avec leur curé Nars Beemster. Leur pèlerinage ne s’est pas limité à la Sainte Messe et à une joyeuse excursion, mais ils ramenèrent avec eux une image pèlerine de la Dame de tous les Peuples, selon le désir du curé.
« Chaque mois -explique le curé Beemster- avec le groupe de catéchèse, nous tirons au sort pour décider quels enfants garderont chez eux l'image pèlerine pendant le mois suivant. Chaque fois, des cris de jubilation accompagnent les résultats du tirage ! Je porte toujours personnellement l'image pèlerine aux familles et, le temps écoulé, je reviens la chercher. Ce ne serait pas si simple si je voulais leur amener un cadre ou une statue de Jésus, tandis que curieusement tout le monde est bien disposé à accueillir Marie, même ceux qui ne sont pas vraiment pratiquants ! Cependant, derrière l’image de la Dame de tous les Peuples se trouve la croix et donc, chaque fois que la Sainte Vierge entre dans une maison, Jésus aussi entre avec elle !
Avant de quitter les familles, je trace le signe de la croix sur le front des enfants et je profite de l’occasion pour bénir aussi personnellement leurs parents. »

La Réconciliation à travers la Mère de tous les Peuples

Nadine Grimana est originaire du Burundi. Elle a dû s'enfuir d’Afrique pour des raisons de sécurité. Depuis près de 6 mois, elle accueille chez elle en Hollande une image pèlerine de la Dame de tous les Peuples, qu’elle passe surtout aux familles d’origine africaine.
Au début, elle l’a gardée pendant 9 jours chez elle, dans sa propre famille. Elle a récité une neuvaine avec son mari pour invoquer la Dame de tous les Peuples en tant que médiatrice, dans une dispute entre son mari et une autre personne. Le neuvième jour elle incita son mari : « Désiré, fait le premier pas, appelle-le ! ». Mais il n’arrivait pas à se décider.
Il était déjà tard ce jour-là quand Désiré, à l’insu de sa femme, a eu enfin le courage de téléphoner pour s’excuser. À sa grande surprise, son antagoniste aussi exprima son regret ! Une fois réconciliés, son ami prit aussi chez lui l'image pèlerine de la Dame de tous les Peuples pendant 10 jours!

« Je dois en parler d’abord avec ma femme ! »

Au début du mois de mai, pendant l’organisation de la Journée de Prière de Cologne, dans la Chapelle de la Dame de tous les Peuples, madame Rutte, originaire des côtes de la Mer du Nord, nous raconta ce qui suit :
« Figurez-vous qu’hier est venu chez nous un artisan pour un travail de toiture. Il a vu des images de prière à l’entrée, sur une petite table, et il m’a demandé spontanément s’il pouvait en prendre quelques-unes. « Naturellement ! », lui ai-je répondu ; puis je lui ai montré l'image pèlerine de la Dame de tous les Peuples qui se trouve dans le séjour : « Si vous voulez, vous pouvez la prendre et la garder chez vous pendant une semaine ! » « Là j’avoue que vous me prenez par surprise », a répondu le jeune homme, « Je dois d’abord en parler avec ma femme ! » Il est revenu aujourd’hui et tout content, il a pris l'image pèlerine ! »

Le Venezuela a besoin de la Dame de tous les Peuples

Au mois d’août, Miguel Vierma, un séminariste du Venezuela, nous a fait savoir par e-mail son intention de diffuser dans son Pays la vénération de la Dame de tous les Peuples. Après trois mois de voyage de l’Europe au Venezuela, l'image pèlerine est enfin arrivée à destination. Pendant l’attente, Miguel -qui a fait célébrer plusieurs Saintes Messes- nous a écrit :
« Nous accueillerons la Sainte Vierge avec tout l’amour possible, puisque notre pays -menacé par la dictature communiste- a besoin plus que jamais de Marie…Nous avons confiance que notre Mère du ciel réalisera pour nous aussi sa promesse de sauver le monde. »

Une procession particulière en Colombie

08gt_colombia1

L’exemple suivant nous vient d'Estrella, en Colombie, où la Dame de tous les Peuples est fêtée le 31 mai depuis quelques années. Orlando nous a écrit ce qui suit à propos de la fête du 31 mai 2008 :

« Ce fut une très belle journée. Au début de la procession de la « Madre de todos los Pueblos », nous étions peu nombreux ; mais ensuite, un groupe d’étudiants de l’Académie de police et les élèves d’une école se sont joints à nous, et le cortège est devenu de plus en plus long. Puis, l’Académie de police a souhaité la bienvenue à la Dame de tous les Peuples en célébrant une Sainte Messe en son honneur, et pour conclure la cérémonie, la Dame de tous les Peuples a été accueillie avec grande joie par les paroisses voisines. »

 
 
  • Deutsch (DE-CH-AT)
  • Italian - Italy
  • Nederlands - nl-NL
  • Español(Spanish Formal International)
  • French (Fr)
  • English (United Kingdom)