L’utilisation des textes sans mentionner leur provenance est interdite
   www.de-vrouwe.info 

quant à la reproduction d’image, elle requiert une autorisation écrite.

Ici, vous accédez à la page du site officiel de la fondation Vrouwe van alle Volkeren.


Imprimer Email
archives de l'action mondiale

Témoignages du monde entier - 2010

> Video

« Commencez, d’un cœur brûlant de zèle, à prendre part à cette oeuvre de rédemption et de paix, et vous verrez le miracle ! » (1.4.1951)


Pour répondre à cette demande de la Sainte Vierge, quelques fidèles du sanctuaire de la Dame de tous les Peuples d’Amsterdam se rendent au centre-ville, un samedi par mois, et offrent à qui le désire des images avec la prière.
Cet apostolat peut parfois demander un certain esprit de sacrifice, comme en a fait l’expérience Gérard Van Den Berg, un électricien à la retraite ; le jour où la mission mensuelle dans les rues du centre coïncidait avec une partie de football du mondial 2010 ! Bien que le choix fut difficile pour ce supporteur passionné, il a affirmé avec décision: « Je ne peux pas ‘faire faux bond’ à ma Mère du Ciel, la mission dans les rues doit continuer ! »
La famille de Gérard avait du mal à le croire, puisqu’une fois, invité à un mariage, il avait même pris avec lui un téléviseur portable pour pouvoir regarder de temps en temps la partie de football dans le parking !

Lors des missions dans la rue, on constate de plus en plus souvent que des fidèles d’autres religions sont eux aussi ouverts à la Mère de tous les Peuples : quelques jeunes turcs ont volontiers accepté l’image avec la prière et ont expliqué que Marie, Mirjam dans le Coran, la mère du Prophète Jésus, est très estimée.

Deux Juifs également ont accepté l’image et, ont alors entonné une prière en hébreu en pleine rue. Un autre juif, qui avait perdu presque toute sa famille dans un camp de concentration, accepta l’image avec la prière et en remerciant il dit : « C’est significatif que Marie soit apparue à Amsterdam juste à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et qu’elle ait donné une aussi belle prière de paix pour tous les peuples ! »

Quatre hindous, de religion sikh, ont attendu patiemment leurs images avec la prière en langue hindi, et deux iraniennes n’ont pas hésité à entonner la prière dans leur langue et à baiser l’image avec respect.

Certainement, l’action mondiale donne de nombreuses occasions d’entrer en contact avec des personnes éloignées de la foi. Une fois, une jeune toxicomane s’est assise près de Gérard sur le banc d’un parc, et lui a offert de la marijuana avec désinvolture. Il lui a alors demandé pourquoi elle fumait « cette chose » ; elle a commencé à pleurer et a répondu à voix basse : « Je n’arrive pas à m’en détacher. » Alors Gérard lui a donné une image avec la prière, en lui disant : « Tu n’y arrives pas, mais ELLE, Elle peut t’aider. » La jeune fille l’a acceptée avec reconnaissance.

Deux autres toxicomanes avaient commencé par refuser l’image, et l’un d’eux avait dit avec ennui : « Que veux-tu ? J’ai tout : travail, amour et argent. Je n’ai pas besoin de Dieu ! » - « Oh ! Ce n’est pas vrai », lui a répondu une de nos sœurs : « Au plus profond de votre cœur, vous n’êtes pas heureux, sinon vous ne fumeriez pas cette chose ! » Cette réponse les a laissés sans voix, et lorsque la sœur leur a de nouveau proposé l’image, tous les deux l’ont acceptée.

La rencontre entre Franklin Bonito et une jeune hollandaise n’était pas dépourvue d’humour: « J’aurais ici une belle prière… » - « Je ne prie pas. Je ne prie jamais ! » « Eh bien, aujourd’hui est peut-être un bon jour pour commencer à le faire. Si tu récites la prière ne serait-ce qu’une seule fois… », elle l’a alors interrompu avec ironie : « Oui, que se passerait-il ensuite si je priais ? » - « Ensuite » - a poursuivi Franklin en souriant : « Tu ne te contenteras pas d’une seule fois ! » Alors, en riant, la jeune fille lui prit l’image des mains.

Parfois on rencontre des personnes aigries et souffrantes, et c’est justement à elles que la Mère de tous les Peuples voudrait donner Son réconfort.
À un arrêt de tramway, une femme à qui l’on avait proposé une petite image, a commencé par répondre très en colère : « J’en ai assez de Dieu ! J’ai deux enfants malades. Voilà ce qu’Il m’a fait ! J’ai déjà tellement prié. Je ne prie plus : Il ne m’aide pas ! » À l’explication de l’image : « Regardez, la Mère est devant la croix. Elle a vu son propre Fils mourir en croix. Elle a souffert les mêmes souffrances que Lui et elle comprend aussi nos peines. Cette Mère vous consolera. Ne voulez-vous pas la prendre avec vous ? » - Cette dame accepta tranquillement l’image en disant tout bas: « Je vous remercie. »

Des guérisons intérieures et autres faits miraculeux se produisent à travers la Dame de tous les Peuples.
Par exemple, Ria Schrijnemaekers, une dame du sud de la Hollande, connaît une jeune femme alcoolique, qui fut guérie après que sa famille, ait accueilli un tableau de la Dame de tous les Peuples et ait quotidiennement récité le rosaire devant lui : « Alcoolique depuis deux ans, cette maman a cessé de boire en l’espace de deux jours, et depuis elle n’a même plus touché une cigarette. Son mari, d’abord protestant, est devenu catholique en 2004 et ses deux fils sont maintenant de joyeux enfants de chœur. »

Yanet Collazo, une jeune mère de famille de 38 ans, résidant en Uruguay, raconte :
« Je suis tellement reconnaissante et heureuse, parce qu’une vie complètement nouvelle m’a été donnée. Tout a commencé lorsque mon curé, en mai 2010, m’a donné l’image avec la prière. Jusque-là je souffrais beaucoup de dépression et je devais fréquenter régulièrement les psychologues. Mais depuis que j’ai pris l’image et la prière, je vais bien. Comme cette amélioration rapide était inexplicable pour mon médecin, je lui ai parlé de la Dame de tous les Peuples. Du coup, il a voulu lui aussi une image avec la prière. »

Christophe, un français de Metz, adonné à des pratiques occultes, a accepté l’image avec la prière, alors qu’il faisait du tourisme dans le centre d’Amsterdam. Il a fait une expérience impressionnante avec la Mère de tous les Peuples.

Le jour suivant il voulait faire un tour dans le célèbre quartier réservé à la prostitution, lorsque tout à coup il ressentit un tel poids intérieur qu’il changea spontanément d’avis et fit demi-tour. Dans la chapelle de la Mère de tous les Peuples, il témoigna : « Je ne pouvais simplement pas, et maintenant je suis convaincu que je le dois à la protection de la Mère de Dieu ! »

Nancy Mc Cormack de l’Irlande, qui depuis des années s’engage avec amour pour la Mère de tous les Peuples, parle de cette protection particulière accordée par la Dame de tous les Peuples.
Au printemps 2005, elle donna accompagnée d’autres fidèles, à 5 villages du sud de l’Irlande, une image pèlerine de la Dame de tous les Peuples et à chaque habitant l’image avec la prière.

Un de ces villages, appartenant à la paroisse de Killteely, a été consacré à la Mère de tous les Peuples quelques mois plus tard, et depuis trois ans une statue de la Mère siège dans le jardin de la maison paroissiale.

Depuis, il n’y a plus eu un seul suicide, ce qui malheureusement arrivait souvent dans le village. Et pendant ce qu’on appelle la « fun-Racing », une compétition de course automobile autant appréciée que dangereuse, les jeunes du village n’ont plus subi d’accidents mortels.


Dans l’école primaire catholique de Nitra, en Slovaquie, placée sous la protection des Saints Svorad et Benoît, fin septembre 2010, la Dame de tous les Peuples résolut un problème qui semblait sans issu : en effet, l’édifice scolaire était devenu trop petit et l’administration de l’école avait inutilement présenté, l’année précédente, un projet d’agrandissement au Ministère. Le besoin d’espace s’était accru, mais il semblait impossible que la requête fusse accueillie.

Ainsi le directeur, les enseignants et les écoliers - pratiquement toute l’école - dès la mi-septembre avaient commencé à réciter la prière, chaque matin, à la radio scolaire : « Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père... » Le 28 septembre, une communication téléphonique annonçait que le projet avait été approuvé !

« Cette année scolaire », écrivait un enseignant à Amsterdam : « est consacrée à la Vierge Marie, et donc le tableau de la Dame de tous les Peuples sera porté de famille en famille. »
Plus de 140 familles se sont inscrites au projet, désireuses d’accueillir dans leur maison l’image de la Mère pour une semaine.

Partout, en toute situation, des personnes se mobilisent avec ferveur pour diffuser l’image avec la prière de la Dame de tous les Peuples. C’est le cas du Père Bruno Bortolaso, un missionnaire italien qui travaille depuis 40 ans au Brésil, en Amazonie.
Après la Journée de Prière à Cologne en 2009, il est revenu plein d’enthousiasme dans sa paroisse, composée d’environ 100 familles, en majorité des pêcheurs pauvres ne sachant ni lire ni écrire. À ces simples analphabètes, le Père Bruno raconta les apparitions d’Amsterdam, et fonda avec eux un groupe de prière de la Dame de tous les Peuples.

Il y a deux ans, le Père Heinrich Österle de l’ordre des Pères Blancs, qui avait participé avec enthousiasme à la Journée de Prière de la Dame de tous les Peuples à Cologne, a fait traduire la prière en langue ALUR, un dialecte d’une région du Congo où il a travaillé pendant 50 ans.
Il a demandé l’imprimatur dans le diocèse, chercha des bienfaiteurs pour l’impression et l’expédition, et en avril de l’année dernière, il fit envoyer au Congo 90 000 petites images en ALUR et 50 000 en français ; un prêtre autochtone s’est ensuite chargé de la diffusion.

Les époux Chona et Tony Montinola, des Philippines, nous ont raconté qu’en juin 2010, ils écrirent aux évêques de tous les diocèses du pays, leur proposant des posters grands et petits de la Dame de tous Peuples pour toutes les églises et chapelles de leur diocèse. Ils envoyèrent des tableaux, des images avec la prière en Anglais et en dialectes locaux, ainsi que la neuvaine.

Plus de 60 évêques ont répondu en demandant du matériel supplémentaire. La commande la plus importante venait de S. Em. le Cardinal Ricardo Vidal, qui demandait pour son immense diocèse 200 tableaux d’un mètre cinquante pour les églises paroissiales, 1 000 tableaux d’un mètre pour les chapelles, 2 000 neuvaines et 300 000 images avec la prière.

En République tchèque, Monsieur Klimes, surveillant dans une école, plaça, dans le centre historique extrêmement fréquenté de Brno, un tableau de la Mère de tous les Peuples sur une colonne, érigée en souvenir d’une épidémie de peste ; cette colonne est l’un des points de rencontre préférés des satanistes. Il profite de ses visites quotidiennes à la Dame de tous les Peuples exposée en ce lieu pour proposer aux touristes de passage Son image avec Sa prière en différentes langues.

En outre, il porte avec lui tous les ans le tableau de la Dame de tous les Peuples à la « Marche pour les enfants non nés », à laquelle ont participé l’année dernière 8 000 personnes en présence de Mgr Andreas Laun, évêque auxiliaire de Salzbourg.


En Moravie, Monsieur Klimes offrit à 25 prêtres des tableaux de l’image pèlerine pour leurs paroissiens.

En avril 2010, suite à l’éruption du volcan islandais, le trafic aérien était suspendu dans toute l’Europe. A cette occasion, les vols ayant été retardés ou supprimés, Paolo Marrocco, pilote et futur diacre, était resté bloqué à Amsterdam.
Peu de temps auparavant, lors d’une audience papale, il avait représenté les pilotes de la compagnie aérienne ‘‘Alitalia’’ et avait reçu la bénédiction du Pape Benoît XVI.
Des amis l’avaient informé de l’existence de la chapelle de la Dame de tous les Peuples, et Paolo avait profité de l’occasion pour la visiter. Il comprit la nécessité de l’action mondiale et depuis lors, avant chaque vol, il récite toujours la prière de la Mère de tous les Peuples et emporte avec lui quelques images pour les distribuer.

Lors d’un voyage missionnaire organisé en l’honneur de la Mère de tous les Peuples sur le continent sud-américain en avril 2009, la diffusion des messages et de la prière a merveilleusement fleuri en Argentine, Colombie, Uruguay, Pérou et Mexique.
Des collaborateurs locaux de confiance se sont aussi laissés conquérir pour cette entreprise. Des interviews à la radio et à la télévision et des allocutions dans des églises combles, par exemple l’homélie de P. Paul Marie Sigl dans la cathédrale de Mexico en présence de S. Em. le Cardinal Norberto Rivera, retransmise par la télévision avec la participation de nombreux journalistes, contribuèrent à faire connaître le message d’Amsterdam, et incitèrent un grand nombre à accueillir, pour la première fois, la Dame de tous les Peuples comme leur propre Mère.

En mai, en Uruguay, dans le diocèse de Florida, se tint une journée de prière en l’honneur de la Mère de tous les Peuples, à laquelle participait l’évêque émérite S. E. Mgr Raúl Scarrone.
Peu de jours après, lors de la grande fête de saint Cono, lui-même distribuait les images de la Dame de tous les Peuples avec la prière. Les jours suivants des personnes se présentèrent chez l’évêque pour demander des images supplémentaires.

Les enfants de Chamizo, à l’occasion de cette journée de prière, avaient préparé eux-mêmes une image de la Dame de tous les Peuples qui devait être placée, par la suite, dans une salle de catéchisme. Entretemps, ils émirent le souhait : « Ne pourrions-nous pas l’emmener à la maison à tour de rôle, comme une image pèlerine et prier ainsi devant elle ? »
Désormais la Mère de tous les Peuples est accueillie de famille en famille.

Quelques jeunes font régulièrement des petites ‘missions dans les villages’ pour la Dame de tous les Peuples. Bien que la majorité des habitants ne soient ni croyants ni pratiquants, que l’indifférence religieuse, la décadence morale et l’indigence spirituelle et matérielle soient très grandes, l’image avec la prière est volontiers acceptée par la plupart.


En Colombie, avec le consentement des directeurs d’établissement, l’image a pu être distribuée à des milliers d’enfants dans les écoles et les maternelles. Une enfant reçut en cadeau, bien évidemment, tout un paquet d’images après avoir dit à voix basse à son amie : « Si la Vierge Marie veut que nous la portions à tous, alors je vais photocopier l’image avec la prière et la distribuer aussitôt dans mon village ! »

Au Pérou, Monica Farah et Amalia, sa maman de 86 ans, ont littéralement provoqué une « avalanche » en faveur de la Mère de tous les Peuples, en distribuant l’image avec la prière en espagnol dans des écoles, des couvents et des quartiers pauvres ...
Dans la célèbre ville inca de Cuzco, Monica essaya de la donner à la directrice d’une agence de tourisme ; celle-ci, au début sur ses gardes, finit par l’accepter et - poussée par la grâce - demanda d’autres images pour les donner à ses clients internationaux.
Dans différents monastères de Lima et Cuzco toutes les sœurs sans exception - parmi elles une sœur âgée de 104 ans - ont reçu avec joie des milliers d’images avec la prière et ont promis de les diffuser.
Ainsi en peu de semaines, Monica distribua jusqu’à 50 000 images. Sur les 100 000 images réimprimées, en février 1 000 ont été distribuées dans un quartier pauvre de Callao.

Gianfranco Arbace, restaurateur sur l’île de Capri, a eu une idée particulièrement originale : non seulement il distribue à ses hôtes l’image avec la prière, mais en 2009, il fit placer une image de la Dame de tous les Peuples en céramique sur un des murs du port. Elle est ainsi bien visible pour les 17 000 touristes et les employés qui prennent le bateau tous les jours.

« Tu verras : la diffusion va se faire d’elle-même. » (15.4.1951)
Valeria Dal Santo (photo ci-dessous), une retraitée de Vicence, en Italie, qui s’occupe de sa mère infirme, en fit l’expérience. Par email, elle avait reçu d’un père de famille italien l’image et la prière avec une aimable lettre d’accompagnement. Le 13 octobre 2010, elle écrivait :

« Au début, je ne voulais pas du tout m’engager pour la Dame de tous les Peuples. En juin 2010, je demandais 320 images, ce qui me semblait plus que suffisant pour mes parents et connaissances.
Un jour, à l’église, je montrai l’image à une amie qui aussitôt m’en demanda un paquet. Une autre personne que je connaissais, sœur d’un évêque du Burundi, a commencé à s’engager avec zèle en faveur de cette action mondiale en envoyant des images en Afrique. Sans gros efforts de ma part, toujours plus de personnes se sont engagées dans la diffusion, des personnes qui désiraient des paquets d’images avec la prière pour des collègues de travail, des écoles et des groupes de prière. Ces personnes ont porté la Mère de tous les Peuples dans leurs églises paroissiales ou bien par exemple, dans un hôtel de montagne où le propriétaire a pu mettre les images à la disposition des touristes.
Une de mes connaissances, qui avait travaillé au Moyen Orient dans l’éducation religieuse, est littéralement tombée amoureuse de la Mère de tous les Peuples ; elle fit parvenir, en quelques mois, des milliers d’images à Jérusalem, au Liban et en Turquie, et même à des chrétiens arabes émigrés aux USA. Ainsi les 320 images initiales, en cinq mois à peine, se sont multipliées par 100.
Et avec une stupeur croissante je peux seulement constater : tout ceci est l’œuvre de la Mère de tous les Peuples ! »

Quelque chose de semblable est aussi arrivé à nos sœurs : dans le centre ville de Cologne, elles offrirent à une dame une image avec la prière ; cette dernière, originaire de l’État de l’île de Bahreïn dans le Golfe Persique, est directrice dans une école chrétienne. Comme elle désirait faire connaître cette belle prière pour la paix à ses 2 000 élèves, un paquet postal a donc été expédié vers l’Arabie Saoudite début octobre.

Au Liban, en l’espace de cinq jours, 2 000 images avec la prière en arabe et 1 000 en français ont été distribuées. Une hôtesse de l’air musulmane algérienne a accepté l’image avec autant de gratitude que sa collègue chrétienne du Liban. Toutes deux ont expliqué que les musulmans au Moyen Orient sont souvent plus ouverts vis-à-vis de la Vierge Marie que les chrétiens eux-mêmes.


Lors de l’escale en Jordanie, à l’aéroport quelques jeunes musulmans ont vu une mère avec ses trois enfants accepter avec reconnaissance l’image avec la prière. Ils demandèrent aussitôt de la recevoir aussi. Après l’atterrissage à Beyrouth un employé chargé du contrôle des passeports déclara : « Je suis musulman, mais je la prends volontiers, puisque moi aussi je suis pour la paix. »

Sœur Ghada Nehme, une enseignante à Beyrouth, de l’Ordre des Sœurs du Rosaire, distribua l’image avec la prière à ses 400 élèves ; ils la récitent maintenant tous les jours avec elle. À l’occasion d’exercices spirituels, elle donna des images à ses consœurs venues de 7 pays arabes différents et de la Terre Sainte. Elles les ont distribuées partout dans les écoles des monastères, tant aux enfants chrétiens qu’aux musulmans.

C’est comme si la Mère de tous les Peuples était en train de se frayer toute seule un chemin dans les états du Golfe Persique, des Émirats arabes, vers la Jordanie, l’Egypte et la Syrie.

 
 
  • Deutsch (DE-CH-AT)
  • Italian - Italy
  • Nederlands - nl-NL
  • Español(Spanish Formal International)
  • French (Fr)
  • English (United Kingdom)