L’utilisation des textes sans mentionner leur provenance est interdite
   www.de-vrouwe.info 

quant à la reproduction d’image, elle requiert une autorisation écrite.

Ici, vous accédez à la page du site officiel de la fondation Vrouwe van alle Volkeren.


Imprimer Email
archives de l'action mondiale



Témoignages du monde entier - 2012

Beaucoup d'exemples et de témoignages nous sont parvenus du sanctuaire de la Dame de tous les Peuples. Ils sont tous plus beaux les uns que les autres!
Ainsi, celui de Sigmund Janas, qui en Allemagne a trouvé une façon originale de distribuer près d'un million d'images de prières.

Ou bien celui du médecin Monika van Elmpt qui distribue très fidèlement chaque semaine pendant une heure dans les rues d'Amsterdam, la prière pour la paix de la Mère de tous les Peuples.
Parfois cependant, c'est la Mère de Dieu qui se charge elle-même de "porter aux hommes" Son image et Sa prière.

Sr. Maria Columba: Récemment, je roulais à vélo le long d'un canal à Amsterdam, en revenant du marché vers le sanctuaire. Chargée de paquets de fleurs pour le Tableau de la Dame de tous les Peuples, je n’avais pas remarqué qu’un bouquet était tombé au milieu de la route. - « U heeft de bloemen verloren ! Vous avez perdu des fleurs ! », cria quelqu'un tout à coup. Je freinai et je vis une femme me faire signe avec les fleurs. J'ai fait demi-tour et j’ai pris mon bouquet. Spontanément j’ai offert à cette dame l’image et la prière en signe de remerciement: « Oh, je l’accepte volontiers », répondit-elle en souriant. Puis, nous avons vite libéré la route, car déjà un automobiliste "patient" voulait enfin poursuivre son chemin. Comme quoi la "Dame de tous les Peuples" peut même se servir d’une petite mésaventure !

Une autre consœur d’Amsterdam raconte : Un jour tandis que j'allais chercher une lettre recommandée, je fus frappée par l’atmosphère mondaine en entrant dans le bureau de poste et je me suis dit: « Oh, Vierge Marie, aujourd'hui, je ne suis pas en état de donner votre prière ».
En même temps je sortis rapidement de ma poche le passeport avec lequel je devais m'identifier. Mais la distribution se fit quand même : une image vola à toute vitesse au-dessus de la table et atterrit juste devant les pieds de l'employé ! Il m'était alors bien sûr facile de la donner à l'homme qui la prit avec gratitude. En sortant, je pris la résolution d’être plus courageuse la prochaine fois !

Aux Pays-Bas, Nel de Doorn aussi distribue l’image avec la prière. Un jour, elle la donna au caissier d’un magasin bio. Comme la semaine suivante elle se rendit à nouveau dans ce magasin, le vendeur l’aborda et lui dit: « Je dois vous raconter quelque chose : le jour où vous m’avez donné l’image de la Vierge Marie, le soir même dans ma famille pendant le dîner nous en vîmes tout à coup à parler de Jésus et de Marie. Mon jeune fils demanda: "A quoi ressemble la Vierge Marie? Je ne l'ai jamais vue avant!" "Attends", lui dis-je, et je pris l’image que vous m’aviez justement donnée. Quand mon fils la vit, il s'écria spontanément: "Oh, elle me plaît. Je vais la mettre au-dessus de mon lit!"

Parmi les pèlerins slovaques se trouvent aujourd'hui Andrey et Ludmila Šarišsky avec leurs filles. Il y a quatre semaines, ce couple gréco-catholique faisait un pèlerinage à la chapelle de la Dame de tous les Peuples à Amsterdam. Ludmila racontait qu'elle s’est convertie 12 ans auparavant, alors que l'image pèlerine de la Dame de tous les Peuples se trouvait à Dacov, leur village dans l’Est de la Slovaquie.

Ludmila Šarišská: « Je profite de cette journée de prière pour remercier d’avoir connu la Mère de tous les Peuples il y a 12 ans. Depuis, beaucoup de choses se sont améliorées dans ma famille. C’était en Juillet 2000. J'étais débordée avec mes six enfants et notre grande ferme. Tous les matins, je me levais à quatre heures pour nourrir le bétail. En raison de cette lourde charge, je maudissais et criais sans arrêt. Un jour, les enfants sont rentrés à la maison et ont dit: "Maman, la Sainte Vierge est chez la voisine !". "Quelle Sainte Vierge ? Elle est au ciel", répondis-je énervée. Mon fils de six ans se mit alors à pleurer: "Maman, viens, viens! La Mère de Dieu nous attend." Mais, je me mis à crier : "Je ne peux pas maintenant : j'ai beaucoup de travail et je n’ai pas le temps. Je dois nourrir les taureaux dans l'étable!"
Finalement je me rendis à contrecœur chez la voisine avec mes enfants. Là, environ 20 personnes étaient rassemblées dans le salon et priaient devant l'image pèlerine. Au fond de la pièce, je regardais tout dans la plus grande indifférence. En moi, une terrible bataille spirituelle faisait rage. Je la sentais même physiquement, comme un courant dans mon corps tout entier. En colère je regardais l'image et je pensais : "Qu’est-ce que je fais donc ici ?" Mais une heure après, à l’improviste, quelque chose s’est dénoué en moi. Je ne sais pas comment mais tout à coup, j'étais soulagée et pacifiée. J'étais comme une autre personne.
Le lendemain, ma fille aînée Ludka dit soudain: "Maman, sais-tu qu'aujourd'hui tu n’as ni crié ni maudit?" C'est alors que j'ai réalisé que malgré quelques maladresses, pas un seul gros mot n’était sorti de ma bouche. En même temps, j’avais un désir fort et inexplicable de me confesser. Ma fille vraiment étonnée me dit alors : "Mais la fête de Pâques est déjà passée et celle de Noël est encore loin! Pourquoi veux-tu te confesser?" Mais quelque chose m’attirait à la confession, si bien que je m’y rendis le jour même. Depuis ce jour-là, j’ai été délivrée de ce vice, celui de maudire. »

A partir de ce moment-là, non seulement l’image pèlerine vint dans la maison de Ludmila, mais elle l’amena elle-même pendant six mois dans toutes les familles du village qui voulaient bien l’accueillir. Mais ce n'était pas si facile:

« Certains se moquaient de ma conversion. D'autres ne voulaient pas accueillir l’image et ne voulaient pas venir prier non plus, parce que la prière était dirigée par une pécheresse! J'étais désolée, parce que je ne pouvais que leur donner raison. Dans le passé, il m’était réellement plus facile de pécher que de prier. »

Mais depuis 12 ans, beaucoup de choses ont changé : autrefois à peine une douzaine de femmes âgées priait le chapelet avant la messe, et aujourd’hui tous les premiers dimanche du mois, il y a 100 à 150 personnes. Un an et demi après la conversion de Ludmila, son mari Andrei s’arrêta de boire et depuis lors, ensemble, ils sont des chrétiens convaincus.
Ludmila aide quotidiennement dans la paroisse en jouant de l’orgue, en chantant et en animant la prière, et en s’occupant également des enfants de chœur.

Et son mari Andrei témoigne: « Avant, nous peinions tous les soirs jusqu’à neuf heures dans les champs. Maintenant nous devons nous arrêter à six heures pour nous préparer pour aller à l'église – Sur le plan du travail, nous perdons trois heures! Mais tout fonctionne bien malgré tout. Mais sur le plan spirituel, c’est une bombe de grâces ! »

Allons vite maintenant en Italie ! "Une journée universitaire à Rome peut se terminer par une "distribution de la prière et de l’image de la Dame de tous les Peuples", c’est ce que nous ont écrit nos séminaristes:

« Après les cours de l’université, nous devons toujours nous dépêcher pour prendre le bus jusqu'à la gare "Roma Termini". Ainsi, un jour nous avons tous pu monter dans le bus juste à temps, sauf Janko, notre frère suisse. Mais il ne s’est pas laissé décourager et a commencé à courir aussi vite que possible pour monter au prochain arrêt. Au début, il pouvait courir étonnement vite, si bien que dans le bus les gens commençaient à parier : y arrivera-t-il oui ou non? -
En attendant, tous les passagers regardaient le coureur qui cherchait à rattraper le bus sur le trottoir. Comme à Piazza Venezia, le bus dut prendre quelques tournants, cela donna la possibilité à Janko de le rattraper enfin ! Hors d'haleine, il sauta dans le bus où il fut accueilli par des acclamations et des applaudissements. "Complimenti, Complimenti!" "Bravo, Bravo" S'écrièrent les italiens.
Comme Janko était surpris par cet accueil, on lui expliqua que tous avaient suivi sa course. Alors, spontanément, il profita de l'occasion pour sortir sa petite chemise en plastique contenant les prières, qu'il se mit à distribuer à tous ceux qui l’entouraient. Tout le monde la prit avec plaisir, et même ceux qui étaient à l’avant du bus vinrent lui en demander une. » (Janko c’est le grand!)

Tous, jeunes et vieux, peuvent participer à cette action mondiale.

Ettore Fava écrit de Turin:
« J'ai lu attentivement le livret de présentation excellente sur l'importance de la Mère de tous les Peuples. Je suis âgé de 88 ans mais néanmoins, je voudrais être utile en diffusant la prière de la "Mère de tous les Peuples". Marie est vraiment notre "maman".

Ettore commença avec 250 images et avec l'autorisation du prêtre : dans trois paroisses à Turin, il parlait aux fidèles pour les inviter à réciter cette prière.
Ettore va dans de nombreux endroits pour la mission de la "Dame de son cœur", comme il l'appelle affectueusement. Lui-même prie souvent cette prière, aussi bien dans la journée que la nuit. Et il nous disait au téléphone: « Mon amour pour Mammina (pour ma petite maman) est toujours aussi jeune et frais! Cet amour ne vieillira jamais. »

Deux de nos sœurs se sont aussi rendues dans une école professionnelle en Italie, à Ariccia, près de Castel Gandolfo : de classe en classe , elles ont donné 700 images à 400 garçons.
Au début le directeur leur dit: « Je ne sais pas s’ils la prendront ! » Mais contre toute attente, ces élèves difficiles, âgés de 13 à 20 ans, se montrèrent très intéressés et posèrent de nombreuses questions.


Les enseignants ne pouvaient pas y croire, car leurs élèves étaient normalement très bruyants... Il faut dire qu’un grand nombre d'entre eux sont élevés dans des orphelinats ou dans des familles d'accueil et que la messe n’est plus célébrée dans l’école.
A la fin, un professeur leur a dit: « Dans la première classe, vous n’avez pas prié la prière avec les élèves, tandis que dans la deuxième, oui, et l'ambiance était alors complètement différente. La paix était vraiment palpable! Je tenais à vous le dire pour vous encourager à prier la prière dans toutes les classes. Elle donne vraiment la paix, même à moi! ».

Les paroissiens d'Omignano Scalo eurent une idée originale lors d’un Triduum en l'honneur de la Dame de tous les Peuples : Ils reçurent la Vierge Marie à l'entrée du village avec leur curé, leur maire et ceux des deux villages voisins. Après une procession avec la Dame de tous les Peuples sur la place de l'église, Don Luigi et les trois maires remirent symboliquement une grande clé à la Dame de tous les Peuples, Elle qui est la "Mère et la Maîtresse du village et de la paroisse", comme ils l’exprimèrent.


La Mère de tous les Peuples s’est aussi rendue dans la célèbre prison Regina Coeli à Rome, où se trouvent plus de 1 000 prisonniers. Lors d'une messe qui eut lieu dans la cour de la prison, nos sœurs eurent la permission de parler aux détenus pendant dix minutes de la Dame de tous les Peuples et de la signification de l’image et de la prière, et de la prier avec eux.
Quand les prisonniers durent retourner dans leur section, l'un d’eux fit brusquement demi-tour et demanda: « Mes sœurs, donnez-moi s'il vous plaît plus d’images, parce qu'ici dedans, il y en a quelques uns qui attendent et qui voudraient aussi en avoir une. » Les gardes eux-mêmes ont accepté volontiers la prière.

A Amsterdam, la Mère de Dieu attire l’attention sur la croix, sur le Fils ou sur les sacrements. C’est ce que montre l'exemple suivant:

Un jour de l’Avent 2010, nos missionnaires de la République Tchèque à Gratzen encouragèrent les enfants, tandis qu'ils tressaient des couronnes de l'Avent, à prier la prière toute puissante de la Mère de tous les Peuples. Zdenka prit cette intention particulièrement à cœur : bien que n'étant pas baptisée ni même issue d’une famille croyante, à partir de ce jour, elle se mit à prier fidèlement la prière d’Amsterdam quotidiennement.
Cela ne resta pas sans effet : peu après, elle commença à suivre les cours de catéchisme et à aller tous les jours à la messe. Et bientôt, elle désira ardemment recevoir le Baptême et la Sainte Communion. Mieux encore, Zdenka invita également ses amies à se rendre au catéchisme et à la Sainte Messe, car c'était pour elle un réel besoin que ses camarades aussi découvrent la Vierge Marie comme étant leur mère personnelle. Le 8 Mai de l'année dernière, le moment tant désiré est enfin arrivé pour cette enfant de 10 ans, et Zdenka reçut le baptême. Et il y a juste un mois, elle reçut toute heureuse la sainte communion.

Le témoignage suivant nous est donné par un père de famille de 7 enfants, le professeur Jean Piendl, d'Abensberg près de Regensburg, en Allemagne :



Merveilleusement situé au cœur de la Bavière, entre Regensburg et Ingolstadt, à Allersdorf, se trouve un lieu de pèlerinage, avec son église de "l’Assomption".



Celle-ci est entourée d'une couronne de dix chapelles. Marie conduit pour ainsi dire les pèlerins à Jésus dans le sanctuaire. Chaque chapelle représente un mystère de la vie de Marie. Les chapelles, datant de 300 ans, tombaient en ruine et il n'y avait pas d'argent pour les rénovations.

L’étincelle décisive pour s’occuper de l'église était que celui qui rénoverait une chapelle, pourrait accrocher des tableaux de la Vierge Marie et de saints de son choix!
Comme par magie, la rénovation de la première et de la dernière chapelle m’attira. Car c'est avec l'Immaculée Conception (comme à Paris), tel que le montre la première chapelle, qu'a commencé l'ère mariale.

Après que la Chapelle de Immaculée ait été rénovée, j'eus un grand désir et je sentais que c’était comme un ordre de rénover la dixième chapelle et de la couronner avec l'image de la Dame de tous les Peuples! Mais combien de difficultés nous avons rencontrées sur le chemin de la rénovation! La chapelle se trouvait directement sur la pente. Vous voyez tout cela sur la gauche. La façade s’affaissait de 20 cm et les murs étaient fissurés de partout. Les gens disaient que ce serait trop coûteux. Et les experts disaient que la chapelle était sur le point de s’écrouler si on ne la remettait pas à neuf.
Malgré tous les doutes, j'avais confiance qu’avec la bénédiction de Dieu, tout se passerait bien, même pour cette chapelle délabrée. Sur les parois latérales, nous avions choisi l'image de Jésus Miséricordieux, Saint-Joseph et l’ange gardien. Et sur la partie extérieure des colonnes, la prière d'Amsterdam fut fixée en huit langues différentes.

Après 10 mois de rénovation, le 13 mai 2012, P. Antonio Marie Sohler inaugurait la chapelle. Dans son sermon il dit fort à propos: « Marie, qui s’est choisi cette chapelle sur la pente, semble dire littéralement : "Stop! Restez ici avec votre Mère, parce qu’au-delà, il n’y a que l'abîme ! Je vous prends par la main et Je vous conduis vers le Christ, vers Sa sainte Eglise!" »

Au cours des travaux de rénovation, j’ai pu avoir un profond aperçu des personnes si différentes et de tout âges, qui s’arrêtaient dans la chapelle à tout moment de la journée, avec confiance et souvent en silence. Dans une boîte sont disponibles des images avec la prière, des dépliants de la Dame de tous les Peuples, et des images de Jésus Miséricordieux que l’on peut emporter gratuitement. Des dizaines d’images sont ainsi prises régulièrement par des personnes priantes et des pèlerins silencieux, ce sanctuaire marial d'Allersdorf étant facile d’accès.
Cette image plutôt méconnue plaît aussi bien aux personnes âgées que jeunes. Cette vénération de Marie, qui entre autres se présente comme "Mère pour tous", est accueillie avec reconnaissance, et laisse même certains pensifs.
Nous espérons que la restauration de cette petite chapelle en l'honneur de la Mère de tous les Peuples apportera dans l'avenir de nombreuses bénédictions! Que la Dame de tous les Peuples soit notre Avocate!

Des chapelles en l'honneur de la Dame de tous les Peuples surgissent aussi naturellement dans d'autres pays.

Pour exprimer sa reconnaissance d'avoir récupéré son fils, Milena Cosic, qui est parmi nous aujourd'hui, a construit en Croatie une chapelle dans laquelle une Sainte Messe est célébrée chaque semaine pour l’unité.

Quelque 1000 km plus au sud, le Père augustinien Ferdinand Bodensteiner (d’Allemagne) travaille au Congo depuis plus de 40 ans comme missionnaire.

En Janvier dernier, le Père Ferdinand inaugura à Amadi un lieu de pèlerinage avec une chapelle en l'honneur de deux martyrs africains, et il y plaça, ainsi que sur la place devant la Chapelle, une statue de la Dame de tous les Peuples élaborée par les habitants.

« Je pensais que la Dame de tous les Peuples serait tout à fait appropriée ici. -nous a-t-il dit au téléphone- Les gens l’ont bien accueillie et ils aiment bien y venir et prier en langue lingala la prière d’Amsterdam, qui est gravée sur le globe terrestre. »

Un exemple impressionnant, en Autriche nous montre comment la Mère de tous les Peuples peut nous aider à nous préparer à la mort.

Sœur Angela nous le raconte : « Le 22 Octobre 2011, après une journée de prière en Suisse nous nous rendions à Innsbruck. Remplies d’un nouveau zèle, nous ne voulions manquer aucune occasion de distribuer l’image et la prière. Ainsi, un des douaniers à la frontière entre l'Autriche et le Liechtenstein, ne nous "échappa" pas non plus, même s’il nous faisait signe d’avancer. Contre toute attente, il regarda l’image avec attention et dit:

"J'en ai besoin pour mon fils, qui se trouve entre la vie et la mort dans l’hôpital d’Innsbruck" - "Pouvons-nous lui rendre visite ?" lui demandai-je spontanément. Il était ravi, et le lendemain même nous nous y sommes rendues.

Lorsque j'entrai dans la chambre, je pensai: ‘Cela ne peut pas être Simon, son fils de 30 ans’ ! La chimiothérapie avait fait de lui un vieil homme, et il avait de plus subi déjà 20 opérations. Son visage n’irradiait pas non plus la joie de vivre. Loin de l'église et désormais sans espoir, il pensait au suicide.
Je lui expliquai comment j'avais rencontré son père à la frontière et je lui donnai aussi l'image et la prière.

A partir de ce jour-là, nous avons rendu visite à Simon tous les jours, nous avons prié avec lui et une réelle amitié s'est créée entre nous jusqu’à sa mort, survenue quelques mois plus tard. Au début, il ne voulait pas entendre parler du Ciel, mais peu à peu nous avons pu remarquer qu'il changeait d'attitude, non seulement physiquement, mais surtout intérieurement. Il demanda lui-même de pouvoir recevoir la Sainte Communion, il reçut plusieurs fois le sacrement des malades et priait volontiers avec nous. Il s’endormit pour toujours dans une grande paix, le 3 Février, un premier vendredi du mois, consacré au Sacré-Cœur.
Nous étions vraiment émerveillées de voir comment la Vierge Marie avait réussi à nous conduire à Simon, par cette simple image, afin de pouvoir le préparer à la mort. Dans les dernières semaines de sa vie ici sur terre, s’est réalisé ce que la Dame de tous les Peuples a dit à Amsterdam: "Et vous, tous les peuples, laissez les mains de la Dame vous conduire au Seigneur, vous conduire à vos sacrements !" Elle l’a littéralement conduit aux sacrements.

La Mère de tous les Peuples désire que chacun puisse prier la prière dans sa langue maternelle. Ainsi l’achèvement d’une traduction peut être l’objet d’une expérience intéressante:

C’était en mars 2011, lors du Congrès "Rencontre de l’Eglise Mondiale" organisé par "l’Eglise en détresse". Là, nous rencontrâmes le Professeur bibliste pakistanais, Père Emmanuel Asi, qui avait traduit la prière de la Mère de tous les Peuples en ourdou. En outre, P. Asi nous proposa d’imprimer la prière au Pakistan pour qu'elle puisse être distribuée en septembre, à des milliers de personnes, en la fête de la naissance de Marie, lors du Pèlerinage Marial annuel national.
Le projet était bon, mais la réalisation pas si facile! Parce que comme prévu pour toutes les langues, la traduction en ourdou de la prière devait être contrôlée par une autre personne. Mais où trouver si rapidement une personne compétente qui pouvait contrôler la traduction en ourdou ? Nous avions peu de temps, les images et la prière devant être imprimées avant le 8 Septembre.
Arriva enfin le 13 août! Ce jour-là, lors d’un voyage en train vers Paris, nous rencontrâmes une famille catholique pakistanaise.

En outre il s’avéra que François Rehmat et sa femme Céline enseignaient la langue ourdoue! Ils acceptèrent très volontiers de vérifier la traduction. Ce fut pour nous le signe que la Mère de tous les Peuples voulait vraiment que son image et sa prière soient distribuées au Pakistan le jour de son anniversaire !

En Octobre, le Père Asi nous écrivit : « L’image et la prière en ourdou ont pu effectivement être imprimées en Septembre au Pakistan et distribuées lors de la cérémonie d'ouverture du Pèlerinage National au sanctuaire marial de Mariambad. »

Père Asi put alors expliquer l'image et la prière en présence de milliers de pèlerins, de nombreux prêtres, de sœurs, de catéchistes, de plusieurs évêques et d’importants politiciens.

Qu’un apostolat si fécond soit toujours dû à des prières et des sacrifices portés dans le secret, nous en avons à nouveau pris conscience lorsque François Rehmat nous confia que son fils aîné, Sunil, suite à une erreur médicale, s’est retrouvé entièrement paralysé... A propos, pendant la Sainte Messe, la famille Rehmat, apportera un don à l’autel au moment des offrandes, au nom du Pakistan.


Si lors de vos prochaines vacances vous devez visiter plusieurs îles des Philippines, vous verrez certainement dans les aéroports le tableau de la Mère de tous les Peuples!

Le 24 Octobre 2011, le Vice général des Philippines de l'aviation civile Edgardo Costes écrivait une lettre aux responsables d’environ 100 aéroports civils en leur demandant de veiller à faire placer de façon durable un tableau de la Dame de tous les Peuples dans l'aéroport.
Depuis lors, Zenaida Belcina s'occupe d'envoyer à chaque aéroport une image encadrée. Elle a déjà reçu de nombreux aéroports une photo de l'endroit où l’image a été placée.

Vous voyez ici la zone d'enregistrement de l'aéroport de Silay, sur l'île de Negros. Chaque semaine, le stock d' images mises à la disposition des gens devant le Tableau de la Dame de tous les Peuples est réapprovisionné.
En Avril dernier et la semaine dernière encore, nous avons eu la joie de voir des Philippins qui venaient visiter le sanctuaire, et qui avaient vu l'image de la Dame de tous les Peuples dans les aéroports des Philippines.


Sr. Julian : En Avril 2011, j'ai eu l’occasion avec une consœur, de parler de la Dame de tous les Peuples dans deux écoles primaires à Londres. La première école, Sainte-Marie, dans le nord de la ville, est composée de quatre classes d'enfants de nationalités et confessions religieuses différentes. La directrice s’est réjouie de l'image de la Dame de tous les Peuples et elle nous a promis de l'accrocher à l'entrée de l'école, pour la placer particulièrement sous la protection de la Vierge Marie.

La seconde école est sous le patronage de Saint-Ignace, et avec ses 340 élèves elle est bien plus grande. Le directeur, Jim Coffey, nous a accompagnées personnellement dans chaque classe. Au début, il semblait réservé, mais après la deuxième classe, il a commencé à distribuer lui-même les petites images aux élèves. Il voulait de plus amples renseignements et a dit aux écoliers: "Les enfants, dorénavant nous ajouterons cette prière aux prières quotidiennes de l'école".

Comme vous pouvez le voir sur les photos, les enfants aussi étaient heureux de l’image, et certains l'ont même embrassée. Dans chaque classe où nous entrions, nous récitions ensemble la prière.



En Irlande aussi, on pourrait vous raconter des réactions touchantes montrant combien les enfants et les jeunes, partout dans les écoles et dans des camps de vacances, ont apprécié la Mère de tous les Peuples.

Nous n’avons malheureusement plus le temps d'en faire le récit, mais je voudrais juste mentionner un exemple, dans une école en Argentine :


« Que la prière soit diffusée dans les églises et par des moyens modernes » demandait la Vierge Marie.

C’est pourquoi nos sœurs à Amsterdam ont organisé, en novembre 2011, une "vidéoconférence" sur la Dame de tous les Peuples. Voici comment elles l'ont réalisée : les sœurs étaient dans le sanctuaire avec leur ordinateur, et elles se sont connectées par internet avec une classe d’école en Amérique du Sud. Là, au collège Cardenal Pironio à Buenos Aires, les images vidéo étaient agrandies et projetées sur le mur.
Par ces moyens techniques modernes, la Mère de tous les Peuples put pour la première fois "visiter" un continent, tandis que les croyants priaient dans la chapelle d'Amsterdam pour le succès de la vidéoconférence.

A la fin, l’enseignante argentine, qui avait pris de nombreuses notes, prit la parole et dit: « Je suis très touchée de tout ce que j’ai entendu et je ferai en sorte que chacun de nos élèves reçoive l'image avec la prière de la Mère de tous les Peuples. Nous allons apprendre la prière par cœur et nous la prierons avec tous les élèves. »

Tant que nous sommes en Amérique du Sud, rendons-nous brièvement au Pérou :

Là ce sont surtout des religieuses comme les dominicaines, qui avec zèle donnent l’image dans les différentes maisons de leur communauté et la distribuent ensuite à leurs étudiants, dans leurs nombreuses écoles.

Lorsque la Supérieure Générale Mère Antonine Minchola Alfaro, rendit visite à ses missions au Pérou et en Argentine, elle apporta avec elle 1000 images pour ses sœurs et nous écrivit: « Je vous remercie pour le matériel, que je distribuerai personnellement. »

L'intérêt pour l’image et la prière est si grand, que Monica Farah, responsable pour la diffusion du matériel dans la capitale, à Lima, doit faire souvent réimprimer les images par milliers.

Monica Farah, du Pérou, est ici parmi nous aujourd’hui. Un jour, elle a vécu dans sa ville natale une aventure inoubliable : alors qu'elle retournait chez elle démoralisée et triste, elle vit dans la rue un homme sans bras et sans jambes. Elle lui adressa quelques paroles gentilles, lui donna de l'argent et se dépêcha de partir.

Elle avait fait à peine quelques pas lorsqu’elle l’entendit appeler : « Je suis aveugle. » Monica retourna alors sur ses pas et parla, pleine de compassion, à cette personne gravement handicapée, de la Dame de tous les Peuples et du sens de la souffrance offerte à Dieu. Combien elle regrettait de ne pas avoir sur elle d’image avec la prière de la Dame de tous les Peuples...
Cependant, parce que l'aveugle ne pouvait rien voir, Monica commença à lui réciter la prière phrase par phrase jusqu'à ce qu'il l’apprenne par cœur. Une femme touchée par cette scène se tenait là debout, et bien qu’elle était protestante, tout comme l'aveugle d’ailleurs, après avoir écouté attentivement, elle prit un stylo et du papier pour écrire la prière d'Amsterdam.
Lorsqu’à la fin, les trois personnes se dirent au revoir, Monica se sentit heureuse et comblée. Toute tristesse et tout souci avaient disparu comme par enchantement. – On voit, dans ce cas particulier, que tout s’est bien passé même sans la prière et l’image, bien qu'il soit vivement conseillé de les avoir toujours à portée de main !


Au sujet de l’image et de la prière, chers pèlerins, pour l'action mondiale, la Mère de tous les Peuples nous donne personnellement SON image et SA prière. Pour finir, nous voudrions attirer votre attention sur la petite image à deux volets de la Dame de tous les Peuples : l'essentiel étant écrit à l'intérieur, il suffit de la donner aimablement sans avoir à ajouter beaucoup d'explications. La prière est en cours de traduction dans d'autres langues. Ainsi, vous pouvez contribuer vous aussi à ce que d’autres personnes apprennent à connaître leur Mère, Marie.
Ou si vous avez besoin d'une idée de cadeau, la prière avec l’image existe sous un format de carte de crédit. Le dépliant de la Dame de tous les Peuples existe aussi en plusieurs langues, et on le recommande surtout à ceux qui s'intéressent de plus près aux apparitions d’Amsterdam.
Plus détaillé encore est le texte de la conférence que Père Paul Maria Sigl a tenue ici à Cologne il y a trois ans, et dans lequel on trouve tous les renseignements les plus importants sur Amsterdam. Il est maintenant disponible en 15 langues.

P. de Waard, un prêtre missionnaire hollandais travaillant au Brésil, a commandé des centaines d'exemplaires de la conférence en portugais. Depuis le mois d’Avril, il organise une réunion chaque semaine avec ses paroissiens pour en étudier le contenu et pouvoir mieux connaître la vocation maternelle de la Vierge Marie.

Et encore une petite astuce: Si vous constatez, de retour chez vous, que vous n’avez pas pris assez d’images avec la prière, vous pouvez, grâce à notre boutique en ligne, commander du matériel de la Dame de tous les Peuples par Internet.
Nous vous remercions de votre attention.

 
 
  • Deutsch (DE-CH-AT)
  • Italian - Italy
  • Nederlands - nl-NL
  • Español(Spanish Formal International)
  • French (Fr)
  • English (United Kingdom)