L’utilisation des textes sans mentionner leur provenance est interdite
   www.de-vrouwe.info 

quant à la reproduction d’image, elle requiert une autorisation écrite.

Ici, vous accédez à la page du site officiel de la fondation Vrouwe van alle Volkeren.


Imprimer Email

iDA PEERDEMAN — LA VOYANTE D’AMSTERDAM

Biographie de P. Paul Maria Sigl, 2005


ida1-2

Ida à l’âge de deux ans.

ENFANCE ET JEUNESSE

Ida Peerdeman est née le 13 août 1905 à Alkmaar, en Hollande. Elle est le sixième enfant de la famille. On garde de ce jour-là une anecdote amusante. Il coïncidait en effet avec le jour de l’anniversaire de la sœur aînée d’Ida, Gesina. Depuis longtemps, celle-ci désirait une poupée. Son papa la conduisit dans la chambre où se trouvaient Ida et sa maman. Gesina comprend alors mais, vexée, elle se met à trépigner en disant : « Je ne veux pas d’une telle poupée ! J’en veux une vraie ! »

La petite fille est baptisée dans la paroisse Saint-Laurent à Alkmaar, sous le nom de Isje Johanna, mais on l’appellera simplement Ida.

Peu de temps avant que n’éclate la Première Guerre mondiale, la famille Peerdeman déménage à Amsterdam. Ida n’a que huit ans quand elle perd sa maman qui, à l’âge de 35 ans, succombe des suites d’un accouchement, ainsi que l’enfant qu’elle vient de mettre au monde. L’épreuve frappe durement toute la famille. L’aînée, Gesina, doit renoncer à son désir de devenir infirmière, pour se dévouer au service de ses trois sœurs et de son frère Piet et leur prodiguer toutes les attentions d’une mère.
À seize ans, c’est elle qui tient la famille car le papa, marchant de tissus, doit, pour ses affaires, sillonner de long en large la Hollande.
La famille a d’autant plus de joie quand elle peut se réunir au complet à la maison. Ida s’entend bien surtout avec son frère Piet qui la comprend, lui parle, la console quand elle est triste. La famille étant catholique, tout le monde assiste à la messe du dimanche et on prie avant les repas ; toutefois, la pratique religieuse se limite à ça.
En fin de semaine, la petite Ida va se confesser dans l’église des Dominicains, auprès du Père Frehe qui deviendra son directeur spirituel.

Les années passent ainsi jusqu’à l’après-midi du 13 octobre 1917, un samedi du mois du Rosaire, qui est aussi le jour du miracle du soleil de Fatima. Après s’être confessée, Ida retourne à la maison. Elle est alors témoin d’un fait merveilleux.

 
 
  • Deutsch (DE-CH-AT)
  • Italian - Italy
  • Nederlands - nl-NL
  • Español(Spanish Formal International)
  • French (Fr)
  • English (United Kingdom)